Sacramenta Argentariae – Les serments de Strasbourg

Serments Strasbourg(clique sur l’image pour agrandir et mieux lire)

On en a parlé en classe aujourd’hui.

An 842 : un an avant le traité de Verdun, deux petits-fils de Charlemagne, Charles  le Chauve et Louis le Germanique, se font serment d’assistance et de fidélité (contre leur  frère aîné  Lothaire, qui prétend « hériter » de l’intégralité de l’empire carolingien…).

Charles le Chauve et ses troupes s’expriment en Tudesque, une langue germanique alors parlée dans la région du Rhin (une sorte d’ ancien Allemand).

Louis s’exprime dans une langue romane, encore à peine détachée du latin. Mais  cette romana lingua est bien l’ancêtre de la langue d’oïl (dont l’une des formes locales, en vigueur en Ile de France et dans l’Orléannais, deviendra le Français).

Les serments de Strasbourg ont donc une valeur historique et linguistique inestimables : c’est le premier document qui donne à lire des phrases écrites dans cette nouvelle langue romane, c’est la première attestation officielle du Français en train de naître !

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :